Festival de Cannes A Nous Paris
du 13 au 24 mai 2015  / Cinema

Festival de Cannes, les marches de la gloire

Fabien Menguy
07/05/2015

Déroulez le tapis rouge, habillez les marches, allumez les strass, faites briller les paillettes, présentez le meilleur du cinéma du monde entier : le Festival de Cannes peut débuter !

Les valeurs sûres

« Quelqu’un disait : “Vous voyez 1 800 films et à l’arrivée, c’est toujours les mêmes !”. Ce ne sont pas toujours les mêmes. Et cette année en particulier », affirme Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes. On veut bien le croire. C’est vrai qu’il y a moins d’“abonnés” cette année.

Les frères Coen ne pourront pas être en compétition puisqu’ils président le jury, mais on y retrouvera tout de même quelques valeurs sûres comme Gus Van Sant (palmé pour Elephant) qui présentera La Forêt des songes avec Matthew McConaughey, venu mettre, a priori, fin à ses jours dans une forêt au pied du mont Fuji. On reverra aussi Nanni Moretti (palmé pour La Chambre du fils) avec Mia Madre, ou l’histoire d’une réalisatrice en proie à des doutes personnels en dirigeant John Turturro.

Ou encore Hou Hsiao-hsien, déjà présent six fois à Cannes et Prix du jury pour Le Maître de marionnettes, de retour avec un film d’action médiéval, The Assassin. Hors compétition, c’est Woody Allen, autre habitué de la Croisette, qui viendra présenter son Homme irrationnel avec un Joaquin Phoenix dépressif face à une Emma Stone réconfortante. La sélection est donc moins peuplée en “dinosaures” effectivement, la faute aux films de grands maîtres qui ne sont pas terminés.

Elle laissera une place à des jeunes cinéastes comme Matteo Garrone déjà primé pour Gomorra, qui viendra présenter son conte fantastique Tale of Tales avec Vincent Cassel et Salma Hayek, ou Denis Villeneuve déjà remarqué à Un Certain Regard avec Un 32 août sur Terre, et qui dévoilera Sicario, son film sur les cartels mexicains avec Benicio Del Toro et Emily Blunt.

Place au show

À écouter Thierry Frémaux évoquer les noms de celles et ceux qui arpenteront le tapis rouge, « Cannes sera à nouveau une belle fête ». Michael Fassbender sera donc aux côtés de Marion Cotillard dans une adaptation de Macbeth. Harvey Keitel aux côtés de Michael Caine pour Youth, un film de vieux briscards. Cate Blanchett sera amoureuse dans les années 50 de Rooney Mara dans le sulfureux Carol de Todd Haynes.

En séance spéciale, Natalie Portman dévoilera son premier film Une histoire d’amour et de ténèbres, sur la création d’Israël, Pixar assurera le show avec son nouveau bijou Vice-Versa, Le Petit Prince prendra vie grâce à Mark Osborne, et bien sûr Mad Max ressuscitera de la main de son propre créateur, George Miller, dans le très attendu Mad Max : Fury Road. Enfin, le festival accueillera en clôture la plus belle des stars, la Terre en personne, avec l’ode à la nature La Glace et le Ciel.

La French touch

Cette année les Français n’ont pas été oubliés, et d’ailleurs, de l’avis de Thierry Frémaux lui-même, « c’est une belle année française ». C’est ainsi que La Tête haute d’Emmanuelle Bercot, sur un délinquant turbulent (sortie ce mercredi, voir pages cinéma) fera l’ouverture hors compétition. Emmanuelle Bercot, en pleine reconstruction physique et amoureuse, sera également à l’affiche de Mon roi de Maïwenn. Un retour en compétition pour l’actrice-réalisatrice, et une arrivée pour Valérie Donzelli (La guerre est déclarée) qui décrira une passion dévorante et interdite dans Marguerite & Julien.

Autre retour en compétition, celui de Jacques Audiard avec Dheepan, ou les rêves brisés d’un combattant tamoul réfugié en France dans une cité de banlieue, et obligé de renouer avec la violence. Des rêves brisés comme ceux de Vincent Lindon, chômeur en fin de droits dans La Loi du marché de Stéphane Brizé. Idem pour le couple Depardieu/Huppert qui part faire le deuil de son fils dans la Vallée de la mort dans Valley of Love de Guillaume Nicloux.

En séance spéciale, la France sera aussi bien représentée avec Samuel Benchetrit et son ascenseur de HLM en panne dans Asphalte, avec Robert Guédiguian qui évoquera le génocide arménien dans Une histoire de fou, ou avec Gaspar Noé dont le film Love, un trio amoureux brûlant, risque de mettre le feu à la Croisette.

De l’éclectisme

On le perçoit, Cannes 2015 aura, comme l’affirme Thierry Frémaux, « une sélection qui a comme mission de poser des noms nouveaux sur la carte du cinéma mondial ». Une carte qui dresse évidemment un état du monde, cette année plus que jamais. Et pour juger de l’ouverture donnée à cette sélection, il suffit de repenser à World cinema, le court-métrage des frères Coen projeté en conférence de presse. Un film de la collection Chacun son cinéma réalisé pour les 60 ans du Festival, et dans lequel on voit Josh Brolin en cow-boy bouseux hésiter dans un cinéma entre Les Climats du turc Nuri Bilge Ceylan et La Règle du jeu de Jean Renoir.

Cet amusant décalage donne le ton de Cannes 2015, à l’instar de son jury éclectique. Du coup, entre les talentueux et caustiques présidents Joel et Ethan Coen, le bouillonnant et émotif Xavier Dolan, les glamoureuses Sophie Marceau et Sienna Miller, l’explosive Rossy De Palma, le tortueux réalisateur mexicain Guillermo Del Toro ou l’habité Jake Gyllenhaal, le jury va avoir du film à retordre !

68e Festival de Cannes, du 13 au 24 mai. 

http://www.festival-cannes.fr

Pour ajouter un événement à votre wishlist, vous devez être connecté à votre compte !

Pas encore inscrit

Créer votre compte en quelques clics pour participer à nos jeux-concours, gagner des invitations exclusives et créer des wishlists dans votre espace personnel avec tous les articles et bons plans d’A NOUS PARIS qui vous intéressent.