©2017 Disney•Pixar
27 novembre 2017  / Cinema

Les films de la semaine

Fabien Menguy
27/11/2017

Comme chaque semaine, retrouvez notre sélection cinéma de la semaine !

Coco

Note : 4/5

Animation

De Lee Unkrich, avec les voix d’Andrea Santamaria et François-Xavier Demaison. Durée : 1 h 40.

Vivant dans une famille où la musique est bannie
depuis qu’un arrière-grand-père a abandonné femme et enfant pour se lancer dans cet art, Miguel, petit Mexicain, veut devenir… musicien ! Seulement voilà, Miguel se retrouve coincé dans le monde des morts, avec comme seule échappatoire de devoir retrouver son aïeul musicien. Un périple aux « pays des ancêtres »
et des rituels funéraires mexicains qui, quand ils sont pixélisés par Pixar, se transforment en fabuleux voyage digne d’un Étrange Noël
de monsieur Jack, spirituel et… spirituel.

 

12 Jours

Note : 4/5

Documentaire 

De Raymond Depardon. Durée : 1 h 27.

Raymond Depardon, maître incontesté du documentaire, pose cette fois sa caméra et son œil incroyable sur des internés en psychiatrie sans consentement, désormais présentés à un juge au bout de douze jours.

Résultat, un agresseur de rue se repentant maladroitement, une femme en burn-out, un homme entendant des « voix de chaises électriques », un parano sûr que ses voisins sont des terroristes, mais aussi des personnages plus touchants, dont un schizophrène qui veut savoir s’il est guéri ou une suicidaire de 21 ans. Bref, un concentré des travaux de Depardon sur la folie et la justice qui exhale une humanité saisissante.

 

Plonger

Note : 3/5

Drame

De Mélanie Laurent, avec Gilles Lellouche et María Valverde. Durée : 1 h 42.

Journaliste ronchon, César (Gilles Lellouche) rencontre Paz (María Valverde), jeune photographe passionnée. Le début d’un amour qui s’écorne avec la routine et l’arrivée d’un enfant. Une déliquescence du couple imaginée par le journaliste-romancier Christophe Ono-dit-Biot et filmée par Mélanie Laurent. Malgré un personnage dont le mal-être suscite difficilement la compassion et quelques effets de mise en scène grotesques, la troisième réalisation de l’actrice offre de belles scènes et montre un Gilles Lellouche assez émouvant dans sa façon de toucher le fond.

 

C’est tout pour moi

Note : 3/5

Comédie dramatique

De Nawell Madani et Ludovic Colbeau-Justin, avec Nawell Madani
et François Berléand. Durée : 1 h 43.

Jeune Belge pleine d’entrain, Lila (Nawell Madani) débarque
à Paris pour devenir danseuse. Le début des galères et des rêves brisés, heureusement compensés par
la découverte du stand-up. Un parcours semi-autobiographique pour Nawell Madani, humoriste qui se lance ici dans la réalisation avec quelques maladresses mais avec sincérité.

 

La Villa

Note : 3/5

Drame 

De Robert Guédiguian, avec Ariane Ascaride et Jean-Pierre Darroussin. Durée : 1 h 47.

Lorsque son père
est victime d’une attaque, Angèle (Ariane Ascaride), comédienne, revient dans la villa de sa famille surplombant une calanque de Marseille. Entre son frère, simple restaurateur (Gérard Meylan), son autre frère, cynique écrivain raté (Jean-Pierre Darroussin), ou le secret de la disparition de sa fille, le linge sale commence
à se laver en famille. Une lessive opérée par Guédiguian
qui retrouve ses acteurs fétiches et signe avec eux
un joli film, empli de nostalgie et de bienveillance._

Pour ajouter un événement à votre wishlist, vous devez être connecté à votre compte !

Pas encore inscrit

Créer votre compte en quelques clics pour participer à nos jeux-concours, gagner des invitations exclusives et créer des wishlists dans votre espace personnel avec tous les articles et bons plans d’A NOUS PARIS qui vous intéressent.