DR
23 janvier 2017  / Livres

BD à Angoulême, l’esprit d’aventure

Stéphane Koechlin
23/01/2017

Le 44è Festival d’Angoulême ouvre ses portes ce week-end. Le public viendra souffler les bougies de ses héros légendaires (Valérian, Gaston Lagaffe…), rendre hommage à un maître, l’Américain Will Eisner, mais aussi naviguer dans le nouvel âge d’or de la bande dessinée de témoignage.

Il a osé tuer Lucky Luke. Le coupable du crime s’est dénoncé, un dessinateur bien mal nommé, Matthieu Bonhomme. Dans son hommage décalé et réaliste au cow-boy de Morris, la pluie est de la vraie pluie, elle mouille, et la mort peut surgir de n’importe quel coin de mur. L’Homme qui tua Lucky Luke rappelle la nécessité de couper le cordon ombilical qui nous relie aux héros de notre enfance. Ce meurtre symbolique n’est pas chose simple en réalité, aussi difficile que tuer le père. Le cinéma a choisi de conserver nos rêves bien au chaud, proposant des adaptations plus ou moins réussies, le Tintin de Spielberg, Boule et Bill, Benoît Brisefer, ce petit garçon d’une force surnaturelle, Le Marsupilami, Le Petit Nicolas, en attendant trois adaptations déjà commentées comme « le film européen le plus cher », Valérian de Luc Besson, mais aussi Le Petit Spirou, et la Bécassine de Bruno Podalydès, un réalisateur inspiré par la bande dessinée, qui rappelons-le, avait imaginé  dans Dieu seul me voit un restaurant syldave, le pays fantasmatique de Tintin.
Chaque année, le festival d’Angoulême recueille lui aussi les fruits de ce patrimoine, heureux de fêter les anniversaires des illustres héros du 9e art. Son édition 2017 sera fidèle à la tradition. Nous soufflerons les bougies des soixante ans de Gaston Lagaffe et les vingt ans de la mort de Franquin, premier vainqueur du Grand Prix de la ville d’Angoulême en 1974. Nous fêterons les cinquante ans de Valérian. Ses deux créateurs Jean-Claude Mezières et Pierre Christin évoqueront le tournage de Luc Besson. Nous célèbrerons le centenaire de la naissance du poétique dessinateur américain Will Eisner. Plus de 120 planches originales montreront les décors urbains graphiques de son justicier masqué, le Spirit. Nous commémorerons le demi-siècle de Hermann (1977), l’inventeur de deux séries magistrales, Bernard Prince et le beau western écolo Comanche. 

Le 9e art n’a donc pas vraiment tué Lucky Luke. Mais cette persistance du père ne l’a pas empêché de faire sa mue, d’inventer, à partir des seventies, le concept de « BD pour adultes ». Notre jouet s’en est trouvé ébréché. La clarté graphique laissait place à des traits plus compliqués, des histoires tordues. Au milieu de ce tourbillon, on a vu jaillir une nouvelle forme, plus glamour, la « bande dessinée de témoignage » bien représentée à Angoulême. Aujourd’hui, de nombreux créateurs se racontent à la manière dont André Gide écrivait son journal ou Henri de Monfreid rapportait ses secrets de la mer Rouge. Le bel art est devenu un passionnant carnet intime. En 2000, Marjane Satrapi popularisait ce type de récit avec son poétique Persépolis, souvenir de sa jeunesse iranienne au moment de la révolution, paru dans une originale maison que l’on découvrait alors, L’Association. D’autres ont emprunté cette voie comme Riad Sattouf, auteur de la trilogie L’Arabe du futur, qui sera l’une des têtes d’affiche du festival cette année. Il raconte son enfance au Moyen-Orient, tout comme Brigitte Findakly dans Coquelicots d’Irak (L’Association) où elle réveille sa jeunesse irakienne, enrobée par le graphisme de son mari Lewis Trondheim. 

« J’existe, je me suis rencontré », disait le regretté Gotlib, décédé le 4 décembre dernier, qui avait fréquenté les allées du festival, empochant le Grand Prix en 1991. Pendant cette 44è édition, on pensera à lui, mais aussi au raffiné Ted Benoit, dont la belle ligne claire avait enchanté Blake et Mortimer. On avait fini par l’oublier, mais on meurt vraiment dans la bande dessinée.

 Festival d’Angoulême. Du 26 au 29 janvier. 10 à 19 h (20 h le samedi et 18 h le dimanche). 39 € (4 jours). Tél : 05 45 97 86 50.

Pour ajouter un événement à votre wishlist, vous devez être connecté à votre compte !

Pas encore inscrit

Créer votre compte en quelques clics pour participer à nos jeux-concours, gagner des invitations exclusives et créer des wishlists dans votre espace personnel avec tous les articles et bons plans d’A NOUS PARIS qui vous intéressent.