Suite numéro 7 Théophilus London Concert privé Hôtel Hermitage Gantois Lille A Nous Paris
17 juin 2015  / On y était

Théophilus London : le show à l'américaine

Mathieu Moussard
17/06/2015

On ne présente plus Suite numéro 7, ces concerts privés mensuels organisés dans des suites d’hôtels, référence aux lieux qui ont vu naître le rock. Mardi 12 mai, c’est Théophilus London qui assurait le show à Lille. Fraîchement arrivés des Etats-Unis, le rappeur de Brooklyn et ses deux musiciens ont posé leurs valises à l’hôtel Hermitage Gantois avant de monter sur scène devant quelques privilégiés. A Nous Paris était présent.

20H. Nous arrivons impatients  au lieu-dit. Légèrement intimidés, on nous indique la « salle » qui se révèle en fait être la chapelle de l’hôtel. Stupéfaits par la beauté du lieu, quelques minutes s’imposent  afin d’observer ce qui se passe autour de nous. Une pièce toute en longueur, des vitraux colorés qui éclairent le tout, une musique de fond plutôt rythmée et des fans qui n’attendent qu’une seule et unique personne : la couleur est annoncée. En bonus, un lit est disposé à l’entrée, l’occasion de rappeler la suite, mais également de prendre des photos en attendant l’homme au chapeau pour immortaliser le moment.

20H15. Nous rencontrons ensuite la co-organisatrice de l’événement. Elle nous confie que : « la star du soir vient seulement d’arriver à l’hôtel, quelque peu fatigué par le décalage horaire mais déterminé à mettre le feu. C’est le vingtième artiste à se présenter grâce au label numéro 7, il a hâte de débuter ».

Photo Estelle Delattre

21H. La musique s’arrête, c’est l’heure. Ne voulant, pour rien au monde, rater ne serait-ce qu’une seule seconde de la prestation, nous nous faufilons juste devant la scène. Sans chapeau, mais muni de sa plus belle casquette, Théophilus London, accompagné de sa team, entre enfin dans la chapelle par une porte donnant directement sur la scène. Entre Hip Hop et Electro, les premières notes résonnent et ambiancent immédiatement le public qui applaudit mais se déhanche cependant trop timidement pour le New yorkais qui était ce soir-là bien décidé à faire la fête.

Il augmente alors le son et invite des spectatrices à le rejoindre sur scène, une série de battle s’improvise. Il n’en fallait pas moins, l’ambiance monte de plusieurs crans et l’ensemble de la salle s’emballe, on se croirait presque en boîte. Les sons de « Vibes », son dernier album produit par Kanye West, s’enchaînent, l’intensité est au maximum mais le chanteur n’a pas l’air rassasié. Il rejoint la foule, danse, prend des selfies. Bref, que ce soit lui, ses musiciens ou nous, public, tout le monde s’éclate.

Photo Estelle Delattre

22H30. Après 1h30 de show, il quitte la scène mais n’allait pas s’en tirer aussi facilement. Après plusieurs rappels, il revient pour une ultime chanson avant de quitter la scène. Ses deux musiciens, eux, continuent de profiter des derniers instants avant de retourner, à leur tour, dans la loge. La lumière se rallume, tout le monde semble être heureux, pari réussi pour les trois américains.

Pour ajouter un événement à votre wishlist, vous devez être connecté à votre compte !

Pas encore inscrit

Créer votre compte en quelques clics pour participer à nos jeux-concours, gagner des invitations exclusives et créer des wishlists dans votre espace personnel avec tous les articles et bons plans d’A NOUS PARIS qui vous intéressent.