15 septembre 2017  / société

Ingénieurs, le bonheur ?

Sylvie Laidet
15/09/2017

Plein emploi, poste pérenne, secteurs en pointe… les conditions de travail des ingénieurs ont de quoi faire des envieux. Seule ombre au tableau, leur rémunération. Explications.

Avec un taux de chômage de l’ordre de 3,9 %, autant dire que les ingénieurs ne connaissent pas (ou très peu) la crise.
Aujourd’hui, la population des ingénieur dépasse le million de personnes et croît d’environ 4 % par an. Le tout en continuant à se féminiser.

Où bossent-ils ? De moins en moins dans l’industrie mais toujours davantage dans les sociétés du numérique et du conseil.
Selon les résultats de la dernière enquête de la Société des ingénieurs et scientifiques de France (IESF) publiée en juin, la quasi totalité des ingénieurs est cadre (96 %) et presque autant est titulaire d’un CDI.
Mieux, les ingénieurs ne semblent pas inquiets pour le futur puisqu’ils sont à peine plus de 8 % à craindre de perdre leur emploi dans l’année. Cette peur augmentant avec l’âge.
Bilan, plus de 3 ingénieurs sur 4 se déclarent satisfaits de leur job. Il y a encore quelques années, ce taux n’était que de 40 %. Donc un grand bon en avant.

Côté rémunération, le salaire brut médian (donc la moitié gagne plus et l’autre moitié perçoit moins) est de 56 000 euros par an, soit le double de celui de l’ensemble de la population.
Toutefois, l’étude pointe encore et toujours une nette différence entre le salaire des hommes (59 600 euros) et celui des femmes (47 100 euros).

Ce gap a lieu dès la sortie de l’école d’ingénieurs et, comme elles accèdent moins souvent que leurs homologues masculins à des postes à responsabilités, l’écart n’a de cesse de se creuser.  
À noter également qu’en euros constants, ce fameux salaire médian a reculé de 1,7% entre 2008 et 2016. Pour les plus jeunes, la baisse est de l’ordre de 4% et même de 5,7% pour un jeune quadra.

Pour pallier cette baisse du niveau de vie (toute raison gardée bien sûr), certains ingénieurs trouvent la parade et se lancent dans l’entrepreneuriat. Ainsi l’étude IESF révèle que 22 300 ingénieurs salariés ont déclaré une activité secondaire.
Ces derniers affichent des rémunérations annuelles comprises entre 61 000 euros pour les moins de 30 ans et 124 000 euros entre 50 et 64 ans. On le voit, ces activités menées comme indépendants sont un excellent moyen de doper son salaire annuel. Ou quand ingénieurs rime aussi avec slasheur ! 



3 questions à Dimitri Pleplé, jeune diplômé de Centrale Paris, qui vient d’effectuer une tour de France à vélo à la rencontre des salariés des sites industriels locaux.

Résultats, plus de 2800 kilomètres parcourus, 33 sites visités et 80 interviews.


Pourquoi vous êtes-vous lancé dans ce périple à travers la France industrielle ? 

J’ai eu l'occasion de me rendre plusieurs fois sur des sites industriels pendant mon année scolaire. J’étais à la fois émerveillé mais aussi frustré de ne pas prendre le temps d’échanger plus longuement avec les personnes sur le terrain pour découvrir leur quotidien. De plus, je trouvais dommage que le grand public n’ait pas du tout idée de la manière dont fonctionne une usine au XXIe siècle. J’ai donc décidé de faire découvrir de l’intérieur les usines et les gens qui y travaillent, à travers des mini vidéos. 

Quels enseignements en tirez-vous ? 

Il y a une magnifique diversité dans le paysage industriel français. Beaucoup de compétences spécifiques acquises par des opérateurs sur le terrain, avec l'expérience et au contact des « anciens ». Le savoir-faire français est précieux et ceux qui le portent sont très fiers de ce qu'ils font. Ils prennent du plaisir à travailler la matière, régler les machines, fabriquer des pièces, tout ça au service du client.

Quels conseils donneriez-vous à des jeunes qui hésiteraient à se lancer dans ce secteur ? 

S'il y a richesse et diversité, il y a beaucoup à apprendre, à découvrir sur des sujets plus ou moins spécifiques dont on ne soupçonne pas forcément le potentiel au départ. Et puis le travail en usine, c’est avant tout un travail humain au contact de toutes sortes de populations où la richesse est encore plus grande. 

Pour ajouter un événement à votre wishlist, vous devez être connecté à votre compte !

Pas encore inscrit

Créer votre compte en quelques clics pour participer à nos jeux-concours, gagner des invitations exclusives et créer des wishlists dans votre espace personnel avec tous les articles et bons plans d’A NOUS PARIS qui vous intéressent.