18 septembre 2017  / société

Jeunes diplômés : que faire après un bac+4/5 ?

Sylvie Laidet
18/09/2017

Fraîchement diplômé, ou en passe de l’être, vous vous interrogez peut-être sur l’orientation à donner à votre début de parcours professionnel. Postuler dans un grand groupe, monter sa boîte, partir à l’étranger… de multiples options sont possibles.

Postuler dans un grand groupe 

C’est souvent le premier réflexe, car les noms de ces géants de l’économie parlent aux jeunes diplômés. La banque, l’assurance, l’aéronautique, les services, l’agroalimentaire, etc. recherchent en permanence de nouveaux talents. Pour se faire une place au soleil, souvent pas d’autres choix que de postuler en ligne sur le site emploi / carrière de la boîte. Ensuite, vous serez recontacté pour un entretien téléphonique de pré-sélection ou mis en relation avec un chatbot, ou encore vous recevrez un lien pour un entretien vidéo. Si vous réussissez cette étape, vous êtes susceptible de passer des tests de logique et de personnalité, ainsi que des sessions de recrutement collectives. Et puis, bien sûr, vous devrez ensuite assurer lors de nombreux entretiens de recrutement en face à face. Le processus peut donc prendre plusieurs semaines. 

Cibler les start-up et les TPE 

Leur taille plus réduite permet d’entrer quasiment directement en relation avec le fondateur et donc d’identifier rapidement si le projet et les valeurs de l’entreprise vous conviennent. Le marché de l’emploi des start-up est désormais bien organisé, avec la diffusion de nombreuses offres d’emploi sur les réseaux sociaux et sites de recrutement. Pour les TPE, c’est moins le cas. N’hésitez donc pas à proposer votre « offre » (digital, export, marketing, etc.) aux patrons de ces petites entreprises. 

Créer sa boîte

Le statut d’étudiant-entrepreneur, également ouvert aux jeunes diplômés, permet de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale avec des filets de sécurité. En effet, vous bénéficiez de la Sécurité sociale étudiante, mais aussi d’un accompagnement de votre projet au sein d’une structure dédiée (Pepite) abritée par une université. Espaces de coworking, échanges entre pairs, double tutorat (par un enseignant et un professionnel), avis et conseils d’experts… facilitent le montage de votre projet.

Partir à l’étranger en VIE

En entreprise ou dans l’administration, le volontariat international est ouvert aux étudiants ou aux jeunes diplômés en recherche d’emploi entre 18 et 28 ans. Avec cet emploi dans un autre pays (entre 6 et 24 mois) rémunéré, vous engrangez de l’expérience, perfectionnez une langue étrangère, découvrez de nouveaux modes de fonctionnement mais aussi créez (ou complétez) un réseau professionnel. En France, les recruteurs sont assez sensibles à ce type d’expérience, preuve d’autonomie chez le candidat.

Passer par la case intérim 

Et ce, pour plusieurs raisons. Vous emmagasinez de l’expérience dans différents secteurs, vous développez donc votre employabilité, vous êtes actif et multipliez ainsi vos chances d’identifier les postes à pourvoir. De plus, vous étoffez votre carnet d’adresses pro. Plus ou moins longue, une mission en intérim est toujours un avantage pour vous et un plus aux yeux des recruteurs.

Pour ajouter un événement à votre wishlist, vous devez être connecté à votre compte !

Pas encore inscrit

Créer votre compte en quelques clics pour participer à nos jeux-concours, gagner des invitations exclusives et créer des wishlists dans votre espace personnel avec tous les articles et bons plans d’A NOUS PARIS qui vous intéressent.